Accueil

Les questions relatives aux drogues en Afrique ont émergé dans la dernière décennie sous l’angle de la réduction des risques promue par une dynamique globale de lutte contre le VIH et les hépatites. Plusieurs pays africains se sont mobilisés pour objectiver la vulnérabilité des consommateurs de drogues dans la perspective de mettre en place un dispositif de traitement qui leur soit adapté. Dans cette mobilisation, la recherche en sciences sociales joue un rôle tantôt central, en conduisant des études pour orienter les interventions, tantôt marginal, appelée par les acteurs sanitaires.

La question des drogues est une question carrefour qui interpelle particulièrement les chercheurs en sciences sociales et humaines pour, au moins, deux raisons. Le rapport de l’homme avec les drogues est historique et mérite d’être éclairé pour comprendre comment les pays africains organisent ce rapport sur les plans social et juridique. Ensuite, dans un contexte marqué par des mobilisations médicales pour traiter les consommateurs de drogues dans une dimension de réduction des risques, il est important de prendre en compte les spécificités africaines pour mieux adapter le traitement. Enfin, l’Afrique est connue comme zone de transit des drogues, alors que des consommations locales se développent dans des contextes variés de conflits ou de trafics, et de consommations « d’adaptation sociale » de produits illicites (épidémie d’addiction au Tramadol des mototaxis et des cultivateurs) ou licites (alcool, tabac). Ces aspects devraient faire l’objet d’études approfondies dans le monde académique inter-universitaire, qu’il faut développer. Objectifs généraux du réseau L‘objectif principal est de créer un cadre de partage et de vulgarisation des travaux de recherche des membres du réseau. Le réseau permettra aussi :
  • De vulgariser les recherches sur les drogues en Afrique francophone
  • De partager des informations concernant des manifestations scientifiques
  • De tenir un journal semestriel (Newsletter du RéSciDAF) comportant des mini-articles (500 mots) rédigés par les membres du réseau
  • De mutualiser des outils méthodologiques et des perspectives d’analyses théoriques
  • D’élaborer de programmes de recherches communs ou comparatifs et de coordonner la publication des résultats.
Qui peut être membre du réseau? Ce réseau regroupe des chercheurs en Afrique quelques soient leurs pays d’origines venant des :
    • Sciences sociales et humaines
    • Sciences médicales
    • Sciences économiques et juridiques
    • Sciences de l’information et de la communication.
Par mesure d’harmonisation et pour éviter de supplémenter les réseaux déjà mis en place dans d’autres cadres, le RéSciDAF ne s’ouvre qu’aux chercheurs. Les associatifs, regroupés dans deux autres réseaux en Afrique, ne sont pas ciblés par le RéSciDAF.